joomla mobile menu
Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 
Share

 

Sahih Al Bohkari Volume 3

 

Au Nom d'Allah Le Clément Le Miséricordieux

 

Livre 49 - L'AFFRANCHISSEMENT

 

Rubrique. 1 - Sur l'affranchissement et son mérite.

* Sur ces paroles du Très-Haut: "... C'est d'affranchir un cou, de nourrir au jour de famine, un orphelin efflanqué"(1)

2517 - Sa'îd ibn Marjâna, le compagnon de 'Ali ibn al-Husayn, dit: «Abu Hurayra (radiallahanho) m'a dit que le Prophète (r) avait dit: "Quiconque affranchit un escalve musulman, Allah lui sauvera du Feu pour chaque membre de l'esclave un de ses membres."

«Alors je suis allé rapporter ce hadîth à 'Ali ibn Husayn qui, aussitôt, a choisi un esclave dont 'Abd Allah ibn Ja'far lui a offert dix mille dirhams ou mille dinars et l'a affranchi.»

Rubrique. 2 - Quel est l'esclave [dont l'affranchissement] est meilleur?

2518 - D'après Abu Mirwâh, Abu Dhar (radiallahanho) dit: «J'interrogeai le Prophète (r) en lui disant: "Quelle est la meilleure œuvre? — Croire en Allah et combattre pour sa cause, répondit-il. — Quel est l'esclave [dont l'affranchissement] est meilleur? — C'est celui dont le prix est le plus élevé et qui est cher aux yeux de ses maîtres. — Et si je ne [peux] faire cela..? — Alors, tu viendras à l'aide d'une personne qui travaille ou tu travailleras pour quelqu'un qui n'a pas de métier. — Et si je ne peux le faire...? — Tu éviteras alors de faire du mal aux gens, cela sera une aumône pour ta propre personne."»

(1) Al-Balad, 13 - 15.

 

Rubrique. 3 - Sur ce qui est recommandé de l'affranchissement lors de l'éclipsé ou d'un [autre] phénomène naturel.

2519 - D'après Fâtima bent al-Mundhir, 'Asmâ' bent Abu Bakr (radiallahanho) dit: «Le Prophète (r) recommanda d'affranchir [des escalves] pendant l'éclipsé du Soleil.»

* Rapporté aussi par 'Ali, et ce d'ad-Dârawardy, de Hichâm...

2520 - Selon Fâtima bent al-Mundhir, 'Asmâ' bent Abu Bakr (radiallahanho) dit: «On nous recommandait d'affranchir [des esclaves] pendant les éclipses.»

Rubrique. 4 - Si on affranchit un esclave appartenant à deux personnes ou une esclave appartenant à plusieurs associés.

2521 - D'après Sâlim, son père (radiallahanho) [rapporta] que le Prophète (r) avait dit:

«Celui qui affranchit [une partie d'un] esclave appartenant à deux personnes devra, s'il est aisé, l'affranchir en entier, et ce après lui avoir fait l'estimation de la valeur [de cet esclave].»

2522 - 'Abd Allah ibn 'Umar (radiallahanho): Le Messager d'Allah (r) dit: "Celui qui affranchit sa part d'un esclave et qui a un bien égal au prix de cet escalve fera estimer la valeur exacte de celui-ci pour ensuite donner à chacun de ses associés [l'équivalent] de sa part et affranchi ainsi l'esclave; sinon il n'aura affranchi que ce qu'il a déjà affranchi."

 

2523 - Ibn 'Umar (radiallahanho): Le Messager d'Allah (r) dit: "Celui qui affranchit sa part d'un esclave doit l'affranchir en entier s'il possède un bien égal au prix de cet esclave; sinon, il n'aura affranchi que se qu'il a déjà affranchi."

* Et, directement de Musaddad, directement de Bichr, de 'Ubayd Allah qui rapporta le résumé de ce hadîth.

2524 - D'après ibn 'Umar (radiallahanho), le Prophète (r) dit: «Celui qui affranchit sa part dans un esclave tout en ayant un bien pouvant atteindre sa valeur, déterminée d'une manière équitable, [se verra dans l'obligation] de l'affranchir en entier.»

Et Nâfi' de continuer: Sinon, il aura affranchi la part qu'il a déjà affranchie.

* 'Ayyûb: Je ne sais pas si cela est dit par Nâfi' ou fait partie du hadîth.

 

2525 - D'après Nâfi', d'ibn 'Umar (radiallahanho): il donnait, au sujet de l'esclave homme ou femme appartenant à plusieurs associés et que l'un d'eux en affranchit sa part, la règle suivante en disant: «II doit l'affranchir en entier au cas où il a la somme qui peut atteindre le prix de l'esclave évalué d'une manière équitable. On payera alors le reste des associés à chacun le prix équivalent à sa part et on laissera l'esclave affranchi...

Ibn 'Umar rapportait cela du Prophète (r).

* Rapporté aussi, en résumé, par: al-Layth, ibn Dhi'b, ibn 'Ishâq, Juwayriya, Yahya ibn Sa'îd, et 'Ismâ'il ibn 'Umayya, et ce de Nâfi, d'ibn 'Umar (radiallahanho), du Prophète (r).

Rubrique. 5 - Sur le fait où l'on affranchit une part d'un esclave et que ce dernier n'a pas de biens, dans ce cas on laisse cet esclave travailler sans toutefois lui imposer une tâche trop pénible, et ce dans le but qu'il ait sa liberté moyennant pécule.

2526 - D'après Ahmed ibn Abu Rajâ'(...), Abu Hurayra rapporta que le Prophète (r) avait dit: Celui qui affranchit un chaqîp (une part)...

2527 - D'après Musaddad (...), Abu Hurayra [rapporta] que le Prophète (r) avait dit: «Celui qui affranchit une part (nafîb ou chaqîf) d'un esclave doit le libérer en entier à partir de son propre bien, s'il en possède; sinon on procède à une évaluation du prix pour ensuite laissser l'esclave travailler [pour avoir sa liberté], sans toutefois l'accabler d'une tâche pénible.»

* Rapporté aussi par Hajjâj ibn Hajjâj, Abân, Musa ibn Khalaf, et ce de Qatâda. Le hadîth a été abrégé par Chu'ba.

 

Rubrique. 6 - Sur le cas où l'on commet une erreur ou un oubli en matière d'affranchissement, de divorce ou de quelque chose de similaire. — Sur le fait qu'il n'y a d'affranchissement qu'en vue d'Allah.

* Le Prophète (r) dit: «A chacun selon son intention.» Et il n'y a pas d'intention pour celui qui oublie ou commet une faute sans la vouloir.

2528 - D'après Abu Hurayra, le Prophète (r) dit: «Allah m'a [garanti] de ne pas tenir compte des desseins du for intérieur [des membres] de ma Nation, tant que cela ne se manifeste ni par les actes ni par les paroles.»

2529 - D'après Muhammad ibn 'Ibrâhîm at-Taymy, 'Alqama ibn Waqqâs al-Laythy dit: «J'ai entendu 'Umar ibn al-Khatâb (radiallahanho) rapporter que le Prophète (r) avait dit: "[La valeur de] l'action [réside] dans l'intention... A chacun selon son intention: celui qui s'expatrie pour [un certain bien de] ce bas monde ou pour épouser une femme, son expatriation lui sera comptée comme telle."»

Rubrique. 7 - Sur le cas où un homme dit à propos de son esclave: "II est à Allah" avec l'intention de l'affranchir. — Sur le fait de prendre à témoins en cas d'affranchissement.

2530 - D'après Qays, lorsque Abu Hurayra était venu dans le but d'annoncer sa conversion à l'Islam, il était accompagné de son esclave. Mais en cours de route, chacun perdit son compagnon... Plus tard, l'esclave arriva au moment où Abu Hurayra était assis avec le Prophète (r ). Celui-ci dit: "0 Abu Hurayra! voici ton esclave qui arrive. — Je te prends à témoin qu'il est libre, dit Abu Hurayra." Cela eut lieu le jour où Abu Hurayra récita ce vers: Quelle nuit longue et pénible, mais c'est elle qui nous a délivrés de la mécréance.

2531 - D'après Qays, Abu Hurayra dit: «Avant mon arrivée auprès du Prophète (r), je dis en cours de route ce vers: Quelle nuit longue et pénible, mais c'est elle qui nous a délivrés de la mécréance.

«Il arriva aussi que mon esclave prit la fuite... A mon arrivée à Médine, je prêtai allégeance au Prophète (r). Et, pendant que j'étais encore auprès de lui arriva l'esclave. Alors le Messager d'Allah (r) me dit: "0 Abu Hurayra! voici ton esclave. — II est libre en vue d'Allah, répondis-je." En effet, je l'affranchis.»

* D'après la version de Kulayb, rapportée d'Abu Usâma, Abu Hurayra n'avait pas dit: "II est libre..."

2532 - Suivant Qays, lorsque Abu Hurayra était venu avec son esclave dans le but [d'annoncer] sa conversion à l'Islam, il perdit son esclave en cours de route; de même pour ce dernier: même hadîth... Il dit ensuite: "Je te prends à témoin qu'il est à Allah".

Rubrique. 8 - Sur la femme esclave qui enfante de son maître.

* D'après Abu Hurayra, le Prophète (r) [dit]: «Des signes de l'Heure, la femme mettra au monde son propre maître.»

2533 - D'après 'Urwa ibn az-Zubayr, 'A'icha (radiallahanho) dit: «'Utba ibn Abu Waqqâs avait fait à son frère, Sa'd ibn Abu Waqqâs, un testament où il lui dit de prendre l'enfant de l'esclave de Zam'a. "Il est de moi, avait précisé 'Utba"

«En effet, l'an de la Victoire, à l'arrivée du Messager d'Allah (r)..., Sa'd ibn Abu Waqqâs prit l'enfant et, en emmenant aussi avec lui 'Abd ibn Zum'a, vint dire au Prophète : "C'est le fils de mon frère qui m'avait fait un testament le concernant." Mais 'Abd ibn Zum'a refusa cela et dit: "C'est mon frère et le fils de l'esclave de Zum'a; il est né sur son lit..."

«Le Messager d'Allah (r), après avoir regardé l'enfant et remarqué qu'il ressemblait à 'Utba, dit: "II est à toi, ô 'Abd ibn Zum'a!"Il lui dit cela, du fait de la ressemblance qu'il avait remarqué entre l'enfant et 'Utba et du fait qu'il était né sur le lit de son père. Ensuite, il s'adressa à Sawda bent Zam'a: "Voile-toi en sa présence! ô Sawda bent Zam'a!"

«Sawda était l'épouse du Prophète (r).»

Rubrique. 9 - Sur la vente de l'affranchi posthume (1)

2534 - 'Amrû ibn Dinar: J'ai entendu Jâbi ibn 'Abd Allah dire: «II y eut un homme des nôtres qui accorda à son esclave un affranchissement posthume... Le Prophète (r) manda cet esclave et le vendit.

«L'esclave mourut durant l'année.»

Rubrique. 10 - Sur la vente ou la donation du droit de patronage.

2535 - 'Abd Allah ibn Dinar: J'ai entendu ibn 'Umar dire: «Le Messager d'Allah (r) a interdit la vente et la donation du droit de patronage.»

(1) Autrement dit, l'esclave peut avoir sa liberté une fois le décès du maître confirmé.

2536 - Selon al-'Aswad, 'A'icha dit: «A l'achat de Barîra, les siens exigèrent d'avoir le droit de patronage. Je parlai de cela au Prophète (r) et il me dit:

"Affranchis-la! le droit de patronage appartient à celui qui affranchit." En effet, je l'affranchis. Alors, le Prophète (r) l'appela pour lui laisser le choix en ce qui concerne son mari... Elle dit: "S'il me donne tant et tant, je ne resterai pas avec lui..." Ainsi, elle choisit sa propre personne.»

Rubrique. 11 - Si l'on fait prisonnier le frère ou l'oncle paternel d'un fidèle, peut-on, dans ce cas, payer la rançon s'il s'agit d'un polythéiste?

* Anas: Al-'Abbâs dit au Prophète (r): «J'ai rançonné ma propre personne et 'Aqîl.» Or,'Ali avait eut une part du butin qui contenait son frère 'Aqîl et son oncle paternel "Abbâs.

2537 - D'après Anas, il y avait quelques hommes des Ansâr qui dirent au Messager d'Allah (r): "Accorde-nous la permission de laisser la rançon d'al-'Abbâs, le fils de notre sœur... — Non, répliqua le Prophète (r), vous n'allez laisser aucun dirham !

Rubrique. 12 - Sur l'affranchissement du polythéiste.

2538 - Hichâm: Mon père m'a rapporté que Hakîm ibn Hizâm (radiallahanho) avait affranchi pendant la période de l'Ignorance cent esclaves et qu'il avait transporté sur cent chameaux... Après sa conversion à l'Islam, il affranchit également cent esclaves et transporta sur cent chameaux... Il dit: «J'interrogeai alors le Messager d'Allah (r) sur le sujet en lui disant: "0 Messager d'Allah (r)! que dis-tu des quelques pratiques que je faisais pendant la période de l'Ignorance dans le but d'expiation... — Tu as embrassé l'Islam, répondit le Prophète (r), en gardant le mérite du bien que tu avais déjà fait."»

Rubrique. 13 - Sur le fait d'avoir en sa possession un(e) esclave arabe, de le(la) donner, de le(la) vendre, de cohabiter avec la femme esclave, de le(la) rançonner et de garder les enfants de l'esclave avec le statut de captifs.

* Sur: "Allah tire semblance d'un esclave, propriété d'autrui, dénué de tout pouvoir, et d'un homme [libre] à qui Nous avons fait belle attribution, de sorte qu'il en fait dépense secrète et publique: l'un et l'autre sont-ils égaux? Louange à Allah! La plupart d'entre eux ne savent pas"(1)

2539/2540 - Marwân ibn al-Hakam et al-Miswar ibn Makhrama [dirent]: A l'arrivée de la délégation des Hawâzin pour déclarer leur conversion à l'Islam, le Messager d'Allah (r) se leva... Ils lui demandèrent de leur rendre leurs biens et leurs captifs. "Ce que j'aime le plus, leur dit le Messager d'Allah (r ), sont les paroles véridiques; choisissez l'une des deux choses: soit les captifs, soit les biens; car c'est pour vous que fut retardé [le partage du butin la première fois]."

(En effet, après son retour de Tâ'if le Messager d'Allah (r) les attendit plus de dix nuits.)

Convaincus enfin que le Messager d'Allah n'allait leur donner qu'une seule chose, ils se prononcèrent en faveur de leur prisonniers. Et le Messager d'Allah (r) de s'adresser aux Musulmans. Il loua Allah de ce qu'il est digne et dit: "Cela dit, vos frères qui sont ici sont venus à nous repentants, et j'ai pensé leur rendre leurs prisonniers. Que celui qui veut faire grâce, le fasse! et que celui qui veut [les remettre en] conservant sa part, jusqu'à ce que nous soyons dans le pouvoir de la lui rendre dès le premier butin que Allah nous accordera, le fasse!" Les fidèles dirent: "Nous leur faisions grâce en considération pour le Messager d'Allah (r). — Mais nous ne savons pas ceux qui sont consentants et ceux qui ne le sont pas, dit le Messager d'Allah (r); revenez chez vous afin que vos chefs nous renseignent sur votre décision!" En effet, les gens retournèrent et leurs chefs parlèrent avec eux sur le sujet. Après quoi, ils allèrent informer le Messager d'Allah (r) que les fidèles avaient fait grâce et consenti.

C'est ce qui nous est parvenu des captifs des Hawâzin.

* Anas: 'Abbâs dit au Prophète (r): «J'ai rançonné ma propre personne et 'Aqîl...»

2541 - Ibn 'Awn: Comme j'avais écrit à Nâfî', celui-ci m'écrivit de son côté ceci: Le Prophète (r) attaqua les béni al-Mustalaq le jour où ils ne s'en doutaient pas et au moment où leurs troupeaux étaient près de l'eau à s'abreuvoir... Il put abattre quelques-uns de leurs guerriers et capturer leurs enfants; c'est en ce jour même où il captura Juwayriyya. C'est ibn 'Umar qui m'a rapporté ce hadîth; il était dans cette expédition.

(1) An-Nahl, 75.

2542 - Ibn Muhayriz: Ayant vu Abu Sa'îd, je l'ai interrogé... et il m'a dit ceci:

«Nous quittâmes [Médine] avec le Messager d'Allah (r ) dans l'expédition dirigée contre les béni al-Mustalaq. Nous pûmes faire quelques captifs arabes... Nous eûmes alors envie des femmes; l'éloignement [de nos femmes] nous pesait. Comme nous voulions pratiquer le coït interrompu..., nous interrogeâmes le Messager d'Allah (r) et il nous dit: "II n'y a aucun mal à ne pas le faire; car, et ce jusqu'au Jour de la Résurrection, toute âme destinée à exister existera effectivement."»

2543 - Zuhay ibn Harb m'a rapporté (...) que, suivant Abu Zur'a, Abu Hurayra avait dit: «J'avais toujours aimé les béni Tamîm...» D'autre part, Ibn Salâm m'a aussi rapporté (...) que, suivant Abu Zur'a, Abu Hurayra avait dit:

«Depuis que j'avais entendu le Messager d'Allah (r ) parler des trois qualités des béni Tamîm, je n'ai cessé d'aimer ces derniers... Je l'avais entendu dire ceci: "De ma Nation, ils seront les plus durs contre le faux [Messie]."

«Une fois, à l'arrivée de leurs Aumônes, le Messager d'Allah (r) avait dit:

"Ce sont là les Aumônes de nos contribules."

«Enfin, 'A'icha avait une captive des [béni Tamîm]... Le Prophète (r) lui avait alors dit: "Affranchis-la! elle fait partie des enfants d'Ismaël."»

Rubrique. 14 - Sur le mérite de celui qui éduque et instruit son esclave(1)

2544 - D'après Abu Musa, le Messager d'Allah (r) dit: «Celui qui, ayant une esclave, la prend en charge, la traite avec bonté, l'affranchit puis se marie avec elle, aura deux Récompenses.»

(1) II s'agit de la femme esclave

Rubrique. 15 - Sur ces paroles du Prophète (r) : "Les esclaves sont vos frères, donnez-leur à manger de ce que vous mangez!"

* Sur: "Adorez Allah sans rien Lui associer, agissez bellement envers vos père et mère, les proches, les orphelins, l'indigent, le voisin proche ou lointain, le compagnon par proximité, le fils du chemin, ce que possède votre dextre... Allah n'aime ni l'arrogance ni l'outrecuidance(1).

* Dhi-l-qurba: le proche. * Al-junub: l'étranger(1). * Al-jâru-l-junub signifie le compagnon de voyage.

2545 - Ma'rûr ibn Suwayd dit: Je rencontrai Abu Dhar à ar-Rabtha. Il portait, ainsi que son esclave, une huila. Je l'interrogeai sur la question et lui de me répondre: «J'avais insulté un homme en citant sa mère, d'où le Prophète (r) me dit: "0 Abu Dhar! tu l'as insulté en citant sa mère! tu es un homme en qui il y a [encore un caractère qui fait partie de] de l'Ignorance. Ces esclaves sont vos frères que Allah a mis sous votre autorité. Que celui qui a son frère sous son autorité lui donne à manger de ce qu'il mange lui-même et l'habille comme il s'habille lui-même... Ne leur infligez pas ce qu'ils ne peuvent faire; aidez-les au cas où vous leur infligez cela!"»

Rubrique. 16 - Sur l'esclave qui agit bellement quant à l'adoration du Seigneur et qui est sincère envers son maître.

2546 - D'après ibn 'Umar, le Messager d'Allah (r ) dit: «L'esclave, s'il est sincère envers son maître et agit bellement quant à l'adoration de son Seigneur, aura sa Récompense par deux fois.»

 

2547 - Selon Abu Burda, son père rapporta: Le Messager d'Allah (r) a dit:

«Trois individus auront deux Récompenses: un individu appartenant aux Gens du Livre qui croit en son prophète et en Muhammad (r ); l'esclave qui observe le droit d'Allah et celui de ses maîtres; un homme qui a une femme "esclave" qu'il éduque et enseigne avec soin puis l'affranchit et l'épouse; il aura deux Récompenses.»

 

2548 - D'après Sa'îd ibn al-Musayyab, Abu Hurayra dit: «Le Messager d'Allah (r) a dit: "L'esclave, propriété d'autrui, pieux aura deux Récompenses."

«Par Celui qui tient mon âme dans Sa Main! s'il n'y avait le combat pour la cause d'Allah, le pèlerinage et la piété filiale envers ma mère, j'aurais aimé mourir étant propriété d'autrui.»

(1) An-Nisâ', 36. N'oublions pas de remarquer que "ce que possède votre dextre" est une traduction littérale de ma malakat 'aymânukum; expression qui désigne, semble-t-il, les captifs de guerre. Signalons aussi que le terme "escalve" doit être compris dans le sens que lui donne le Droit Musulman.

(2) Dans la traduction du verset, junub fait "lointain".

2549 - D'après Abu Hurayra, le Prophète (r) dit: «Quel merveilleux [sort attend] l'un d'eux [s'il] agit bellement quant à l'adoration de son Seigneur et est sincère envers son maître.»

Rubrique. 17 - Sur la semi-interdiction de prendre des airs de supériorité à l'égard des esclaves ou de dire: "Mon esclave homme (abd) ou femme ('ama)".

* Allah dit: "... parmis vos esclaves hommes {'ibâdikum) et femmes {'imâ'ikum)(1) ... un esclave {'abdwi), propriété d'autrui (mamiukan)(2)... ... à la porte tous deux trouvèrent son maître (sayyidahâ)(3)... ... de vos fatayâtikum croyantes(4)..."

* Le Prophète (r) dit: «Levez-vous [pour recevoir] votre maître (sayyidikum )...»'.

«Qui est votre maître (sayyidukum)'!...»

* [Allah dit]: «Rappelle-moi à ton maître (rabbikà)»(5)

2550 - D'après 'Abd Allah, le Prophète (r) dit: «Lorsque l'esclave (aî-'abd) est sincère envers son maître (sayyidahn) et agit bellement quant à l'adoration de son Seigneur, il aura sa Récompense par deux fois.»

2551 - D'après Abu Musa, le Prophète(r) dit: «L'esclave (al-mamiûk) qui agit bellement quant à l'adoration de son Seigneur et qui s'acquitte du droit de son maître (sayyidahù), quant à la sincérité et à l'obéissance, aura deux Récompenses.»

2552 - D'après Abu Hurayra, le Prophète(r) dit: «Que l'un d'entre vous ne dise pas "Donne à manger..., fais les ablutions..., donne à boire à ton seigneur(rabbak). ' '

«... [On peut dire]: "Mon sayyid" ou "Mon mawlâ"

«... Que l'un de vous ne dise pas: "Mon 'abd " ou "Ma 'amà'. On doit dire:

"Mon serviteur (fatâyà)", "Ma servante (fatâtîf ou "Mon garçon (ghulâmi)".»

(1)An-Nûr,3l.

An-Nahl, 75.

(3) Yûsuf, 25.

(4) An-Nisâ', 25.

(5) Yûsuf, 42.

 

2553 - D'après ibn 'Umar, le Prophète(r) dit: «Celui qui affranchit d'un esclave (abd) la part qu'il possède et qui a des biens pouvant couvrir le payement, dans ce cas on estimera à juste prix la valeur dudit esclave et on l'affranchira de ses deniers, sinon cet esclave restera affranchi partiellement.»

2554 - D'après 'Abd Allah, le Messager d'Allah (r ) dit: «Chacun de vous est un pasteur et chacun de vous est responsable de son troupeau; l'imâm est pasteur et est responsable de son troupeau; l'homme est pasteur au sein de sa famille et est responsable de son troupeau; la femme est pasteur dans la maison de son époux et est responsable de son troupeau; le serviteur est pasteur quand aux biens de son maître et est responsable de son troupeau... Chacun de vous est pasteur et chacun est responsable de son troupeau.»

2555/2556 - D'après Abu Hurayra et Zayd ibn Khâlid (radiallahanho), le Prophète (r) dit:

"Si la femme esclave fornique, fustigez-la. Et si elle fornique [une deuxième fois], fustigez-la aussi; puis, si elle fornique encore — une troisième ou une quatrième fois —, vendez-la fût-ce contre une tresse."

Rubrique. 18 - Sur "Si son serviteur lui apporte son manger"

2557 - D'après Abu Hurayra, le Prophète(r) dit: «Si le domestique de l'un de vous lui apporte son repas, s'il ne le fait pas asseoir avec lui, qu'il lui donne une ou deux bouchées(1); car c'est lui(2) qui a eu la peine de préparer le repas.»

Rubrique. 19 - Sur le fait que l'esclave est un pasteur quant aux biens de son maître.

* Le Prophète(r) attribua [la propriété] des biens au maître.

2558- 'Abd Allah ibn 'Umar (radiallahanho) [rapporte] avoir entendu le Messager d'Allah (r) dire: «Chacun de vous est un berger et sera interrogé sur son troupeau. L'imâm est un berger, et sera interrogé sur son troupeau; l'homme est un berger pour les siens et il sera interrogé au sujet de son troupeau; la femme est une bergère dans le foyer de son époux et sera interrogée sur son troupeau; le serviteur est un berger quant aux biens de son maître et sera interrogé sur son troupeau.»

Ibn 'Umar: «J'ai entendu cela [de la bouche] du Messager d'Allah (r) et je crois qu'il a aussi dit ceci: "L'homme est un berger quant aux biens de son père et sera interrogé sur son troupeau. Donc, chacun de vous est berger et sera interrogé sur son troupeau."»

(1) Dans le texte le râwi doute entre 'ukla et luqma,

(2) Le domestique.

Rubrique. 20 - On doit éviter le visage au cas où l'on frappe l'esclave.

2559 - D'après Abu Hurayra, le Prophète (r) dit: «Lorsque l'un de vous [est contraint de] combattre [quelqu'un], qu'il évite [de le frapper] au visage.»

Share
comments
facebook like box joomla
Path2Islam.com