Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 
Share

Connaître la rétribution des bonnes œuvres sans les faire.

Q : Un frère demande : beaucoup d’étudiants en sciences religieuses connaissent les bonnes œuvres et leur rétribution, comme par exemple, veiller la nuit à lire le Coran et faire la prière, mais ne les accomplissent pas. Ils savent et n’appliquent pas, [qu’en pensez-vous]?

R : Les actions dont les textes révélés montrent la récompense se divisent en deux parties :

-       une partie obligatoire : le musulman – savant ou non – est tenu de les accomplir, d’y accorder une grande importance, et craindre Allah dans leur accomplissement. Il doit par exemple accorder une grande importance à ses cinq prières quotidiennes, à l’aumône légale (la Zakât) et ses autres devoirs.

-       Une autre partie est fortement recommandée : comme par exemple se lever pour prier la nuit, accomplir la prière de la matinée (adh-Dhuhâ[1]), etc. Le croyant doit faire un effort et accorder une grande importance à ces actes, surtout les savants, car ils doivent être un exemple pour le reste des musulmans. Même s’ils négligent de temps en temps ces actions, ce n’est pas nuisible car elles ne sont pas obligatoires. Cependant, un des signes par lequel on reconnaît les savants et les gens de bien, c’est qu’ils accordent une importance particulière à accomplir les bonnes actions que nous avons citées : la prière de la nuit et la prière de la matinée, les prières surérogatoires avant et après les prières obligatoires,  ainsi que les autres bonnes œuvres.

  • Fatwa de cheikh Ben Baz
  • Revue des Recherches, n°42, p. 162

Share
comments
facebook like box joomla
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com